1813012103.1677ed0.25ab0028a4014362acb7e6acded32648

GTA San Andreas a 14 ans !

Et on vous donne 5 raisons d’y rejouer.

Carl Johnson, Smoke, la guerre de gang entre Grove Street et les Ballas, Los Santos, les putes de Las Venturas, etc. GTA San Andreas a 14 ans et on vous donne 5 raisons pour courir racheter une PS2 et y rejouer.

1 – Parce qu’aujourd’hui, on a de quoi s’acheter une carte mémoire. Fini de laisser la console allumée trois jours d’affilée. Nous avons grandi et – normalement – nous avons de quoi se payer une bonne carte mémoire à 32mb. Plus besoin de recommencer sans arrêt la partie avec un Carl Johnson tout maigre dans une sombre ruelle de Los Santos avec comme seule arme un BMX.

La toute première mission du jeu

2 – Parce que Carl était l’un des premiers héros de jeux vidéo afro-américain. Et que depuis, ça n’a pas couru les rues non plus. Et de toute façon, c’est le seul type sur terre qui peut passer de Notorious BIG à Mike Tyson en deux heures. Ganton gym, ça paie !

3 – Parce que GTA San Andreas, ce n’est pas qu’un simple jeu. C’est une atmosphère particulière, un monde dans lequel on est plongé qui nous immerge directement dans le Hip-Hop Ouest américain des années 90. On se ballade en Low Rider en écoutant Tupac, N.W.A. ou Dr. Dre, on évolue socialement au fil du jeu, on commence de rien pour terminer comme une personne très influente de la ville. L’ascension sociale dans toute sa splendeur.

Les Vatos de Los Santos était aussi un terrible gang du jeu

4 – Parce que mine de rien, GTA San Andreas nous ramène à une sacrée époque. Internet n’en n’était qu’à ses débuts, pas vraiment de réseaux sociaux, pas encore – normalement – de meufs, etc. Pour beaucoup, ce jeu était là avant notre première copine, il était l’un de nos principaux divertissements entre potes. D’ailleurs, rappelez-vous avec qui vous jouiez en 2004. Rappelez-vous en et regardez qui est encore là aujourd’hui.

5 – Parce qu’on a plus de 18 ans maintenant. C’est terminé d’envoyer un cousin à notre place, on peut l’acheter en toute légalité.

ÉCRIT PAR THOMAS HADJI / © 2019, WHITE TEES