1813012103.1677ed0.25ab0028a4014362acb7e6acded32648

Jon Tyler, le patron du Bloody Louis

Il s’ennuyait dans les soirées où il allait. Il a donc créé la sienne et ramené Damso, Drake, Future, Etc.

Entre les boutiques de luxe de l’avenue Louise se trouve l’un des plus populaires clubs de Bruxelles. Le Bloody Louis s’est taillé sa réputation par l’accueil de grands artistes urbains. Jon Tyler est son directeur artistique, et ses anecdotes sont nombreuses. Entre le respect mutuel avec Damso et la politesse de PNL.

C’est au sein du Bloody Louis que Jon Tyler nous accueille. À l’aise dans un canapé de cuir noir, au devant d’un mur arborant les différents artistes accueillis par le club réputé de la capitale, le directeur artistique du « Bloody » nous livre quelques-unes de ses histoires. À commencer par le grand commencement.

On s’ennuyait tellement dans les soirées où on allait qu’on a décidé de créer la nôtre.

Avec l’aide d’un marchand de glace et d’un appel à projet de l’ancien Louise Gallery, Jon Tyler connaît ses premiers succès et gravit les échelons petit à petit. Les artistes phares de notre génération, il les a invités au Bloody Louis : Damso, Migos, Future, PNL, Niska… La réussite a chaque fois été au rendez-vous. Mais quelques couacs, à l’instar de la venue de Bruno Mars, n’ont pas pu être évités.

Tu lui dis que t’es bloqué, que tu as besoin de plus, que les gens ont besoin de plus. Le mec t’a expliqué très gentiment qu’il était fatigué. Je vais pas le renvoyer sur scène, c’est pas possible – au sujet de Bruno Mars.

Les détails et la suite, c’est dans son entrevue LARGE.

ÉCRIT PAR LEOPOLD DARCHEVILLE – REALISÉ PAR THOMAS HADJI / © 2019, WHITE TEES